CETTE MANIFESTATION CONSTITUE UN ÉVÉNEMENT RARE : UNE TROUPE D'ADOS JOUE DU THÉÂTRE ADULTE, COMME DES ADULTES, POUR DES ADULTES ! TOUJOURS PLUS FORT, TOUJOURS PLUS LOIN : POUR LA PREMIÈRE FOIS UNE MUSIQUE ORIGINALE ET UNE COLLABORATION AVEC UNE CHORÉGRAPHE, UN NOUVEAU PARTENARIAT AVEC L'OPÉRA DE NICE, ET UNE COMÉDIE AMOUREUSE ET IRONIQUE DE L’INVENTEUR DU MARIVAUDAGE !...

ORFEA. à Saint-Paul de Vence présente LE LEGS Comédie de Marivaux Interprétée par les Enfants Terribles Mise en scène : Numa Sadoul Musique originale : Guillaume Zanier Chorégraphie : Patricia Girard-Boëx Assistant/régie/lumières : Tom Courboulex/Arnaud Filippi Partenaire : Opéra de Nice

La Comtesse : Rose VU HONG Lisette : Mathilde KRAIF Hortense : Angèle OLLIVRIN Le Marquis : Merlin CASTET Lépine : Virgile CASTET Le Chevalier : Léo KRAIF

Durée : 1 h 30. Affiches/flyers : Christine Cantin-Kaplanas/noeuf-cocotte.

Remerciements à la Mairie de Saint-Paul de Vence, à l'Office du Tourisme de Saint-Paul de Vence, aux parents et familles pour leur soutien sans faille. Bienfaiteurs : Françoise et Alain Dutheil, Patrick Froumessol.

La pièce : Le Legs

Pierre de Marivaux (1688-1763) est un dramaturge des Lumières, amoureux de la vérité et moraliste amusé des mœurs de son époque. Philosophe, humoriste, il a créé un style de dialogues fondé sur le naturel. Sa façon de démonter les mécanismes de la relation amoureuse a donné son nom au « marivaudage ». Le Legs en est un bon exemple : trois couples qui s’aiment passent par une série d’épreuves complexes avant de pouvoir vivre sereinement leur amour. Écrite en 1736, cette pièce modeste et délicieuse pose avec simplicité les problèmes de l’égalité entre hommes et femmes, maîtres et serviteurs, et de la difficulté d’assumer son amour face aux malentendus, au mal dits, et à la mauvaise foi de tout le monde. La version des Enfants Terribles s’éloigne des canons traditionnels et bouscule joyeusement la représentation ; elle met l’œuvre de Marivaux en perspective du monde d’aujourd’hui.

La troupe : Les Enfants Terribles

Six ados issus des ateliers théâtre de Numa Sadoul à Saint-Paul de Vence (RéCréation) et à Nice (Théâtre de la Cité). Le principe est de les faire travailler, répéter et jouer dans des conditions et des salles dignes des troupes professionnelles.

Tout a commencé en 2000 avec six garçons dans l’association RéCréation à Saint-Paul : ce fut la troupe des Grands Garçons. Après une mini comédie musicale, Les Grands Garçons en récréation, puis Les Diablogues de Roland Dubillard (2001-2003), leur Cirque volant des Monty Python (2006) a tourné dans les théâtres et festivals du département, avant de s’envoler au OFF d'Avignon (2006, théâtre de la Petite Caserne).

En 2007, le noyau s'enrichit de cinq nouveaux éléments de valeur, toujours ados évidemment, dont quatre filles. La troupe prend pour nom Les Enfants Terribles. En même temps, l'association ORFEA est créée à Saint-Paul pour présider à ses destinées. Comme le défi consiste, depuis le début, à viser toujours plus haut, il s'agit, pour la première fois, d'une "vraie" pièce en entier, et tant qu'à faire, un sommet du répertoire contemporain : Le Voyageur sans bagage de Jean Anouilh, pas souvent monté, sans doute parce qu'il nécessite des acteurs particulièrement performants. Triomphe total au cours de la tournée 2008 : dans les théâtres de Nice, Antibes, au OFF d'Avignon (collège de La Salle), enfin en clôture des Nuits de la Courtine à Saint-Paul de Vence.

Le projet 2010 était une autre pièce d'Anouilh : Épisode de la vie d'un auteur, vaudeville délirant peu joué depuis sa création en 1948. Anouilh, dont on célébrait cette année-là le centenaire de la naissance. À sa tournée désormais traditionnelle, la troupe a ajouté une date au Théâtre National de Nice, à l’invitation de son directeur, Daniel Benoin, un passage au grand théâtre de Grasse pour le festival des Didascalies, et un week-end à Paris (théâtre Comédie Nation).

En 2012, nouveau défi : Un Air de famille, d’Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri. Un travail encore plus abouti d’une troupe qui a maintenant pignon sur rue, et l’un de ses plus gros succès, durant 20 représentations entre avril 2012 et janvier 2013, au cours de la tournée suivante : - Espace Rose de Mai, La Colle-sur-Loup (soirée placée sous l’égide du Rotary Club). - Festival des Didascalies, théâtre de Grasse. - Théâtre Antibea à Antibes. - Théâtre National de Nice. - Festival Off d'Avignon, au collège de La Salle. - Nuits de la Courtine à Saint-Paul de Vence. - Théâtre Comédie Nation à Paris.

2014 et 2015 : exceptionnellement, deux saisons successives sont consacrées à Ondine, le chef-d’œuvre romantique de Jean Giraudoux, et la première tragédie au répertoire de la troupe, qui lui permet de franchir encore une étape dans la maîtrise de son art. La tournée s’élargit durant ces deux années : - Quinzaine « Parlez-moi d'Amour », Auditorium de Francheville, près de Lyon. - Théâtre du Centre Culturel de Cagnes-sur-Mer. - Festival des Didascalies, théâtre de Grasse. - Théâtre de la Cité, Nice : festival « Jeunes Pousses ». - Théâtre Antibea, Antibes. - Festival OFF Avignon, au collège de la Salle (salle "Lycée"). - Nuits de la Courtine à Saint-Paul de Vence. - Théâtre de Ménilmontant à Paris.

En 2017, les Enfants Terribles prennent le plus gros risque de leur carrière, en s’attaquant à Salomé, tragédie morbide très peu jouée, chef d’œuvre sulfureux d’Oscar Wilde. Un risque, mais aussi un succès foudroyant dès la Première au Théâtre National de Nice, à l’invitation d’une Irina Brook enthousiaste. La tournée : - TNN. - Festival OFF Avignon, au collège de la Salle. - Nuits de la Courtine à Saint-Paul de Vence. - Théâtre Acte 2 à Lyon. - Théâtre de Ménilmontant à Paris. - Théâtre de la Semeuse à Nice.

Le Legs : le projet artistique et pédagogique

Il s'appuie sur l'expérience de Numa Sadoul en tant que metteur en scène confirmé de théâtre et d'opéra, et en tant que pédagogue animant depuis plus de vingt ans de nombreux ateliers théâtre pour enfants et adolescents. La pièce, comme toujours, est jouée dans le plus grand respect de sa puissance poétique et tragique. Montée sans grands moyens financiers, sans décors mais avec des accessoires et costumes superbes, prêtés par l’Opéra de Nice, elle s'appuie essentiellement sur le jeu fouillé et précis des acteurs, des éclairages poétiques, une bande son soignée et un immense enthousiasme des participants. Également, une musique originale a été créée par un compositeur niçois, Guillaume Zanier, et Patricia Girard-Boëx a bâti là-dessus une chorégraphie exprès pour ces jeunes acteurs. La réalisation intègre des séances d'improvisations dont Numa Sadoul retient et fixe les meilleures séquences. La fréquence des répétitions (presque chaque week-end pendant huit mois) et le savoir-faire du metteur en scène approfondissent l'interprétation. En cette matière, ce spectacle est avant tout un spectacle d'acteurs. Et cette fois encore, le public aura une réelle surprise : rarement une troupe de très jeunes amateurs - la plus jeune a 13 ans, le plus âgé en a 16 ! - aura atteint un tel niveau de "professionnalisme". Depuis leur origine, les troupes Grands Garçons et Enfants Terribles expriment une conception élevée de l’écriture théâtrale. Leurs options en matière de répertoire sont claires : défense et illustration des grands auteurs majoritairement de langue française, classiques ou modernes. À travers Dubillard, Anouilh par deux fois, Marivaux, Giraudoux, Jaoui et Bacri, même Wilde en français, pour ne citer qu’eux, c’est une invitation à apprendre et comprendre la langue dans ce qu’elle a de plus ambitieux

Le metteur en scène : Numa Sadoul

Né à Brazzaville en 1947, Numa Sadoul a vécu en Afrique et à Madagascar avant de se fixer en France en 1966.

À l’opéra, il est metteur en scène. Au théâtre, il est auteur, metteur en scène, comédien et pédagogue.

Il privilégie la création de ses propres pièces : Oratorio concentrationnaire (Europe, 1968/70), Le Sang des feuilles mortes (Festival International de Lyon, 1983), Reflets d'Hélène (Lyon, 1987), Aaron (Nice, 1995), Retour à Nagasaki (Bordeaux, 2003)… Parmi les pièces qu'il a montées et/ou interprétées : Antigone d'Anouilh (Créon), Othello de Shakespeare (rôle-titre et mise en scène), Montserrat de Roblès (Izquierdo), Dieu aboie-t-il ? de Boyer (Stocchi), Inconnu à cette adresse de Taylor (Schulse), Éloge de l'absent de Horovitz (Kiley), Drôle de Faust de Gregorian (rôle-titre), Soie d'après Baricco (Baldabiou/Hara Kei), Une Page à part de Pujol (Freud), les Diablogues de Dubillard (mise en scène), Les Bonnes de Genet (mise en scène), Le Cirque volant des Monty Python (mise en scène), Le Voyageur sans bagage d'Anouilh (mise en scène), Épisode de la vie d’un Auteur d’Anouilh (mise en scène), Un Air de famille de Jaoui/Bacri (mise en scène), Ondine de Giraudoux (mise en scène), Salomé de Wilde (mise en scène)…

Pédagogue depuis 1994, il anime en région Côte d'Azur, de nombreux ateliers théâtre pour enfants et adolescents, mais aussi pour handicapés, malades mentaux et détenus en prison.

Les débuts de Numa Sadoul dans la mise en scène d'opéra remontent à 1977, lors de la réalisation de Parsifal à Lyon et à l'Opéra du Rhin. Il monte ensuite, entre 1978 et 1995 : Salomé et Le Fou à Lyon et à l'Opéra du Rhin ; Lohengrin et Eugène Onéguine à l'Opéra du Nord ; Turandot par deux fois et L’Incoronazione di Poppea à Marseille ; Hänsel und Gretel à l'Opéra du Rhin ; Die Zauberflöte à Nantes. C'est dans cette maison qu'il monte en 2000 la comédie musicale de Reynaldo Hahn et Sacha Guitry, Ô mon bel inconnu. La même année, il écrit et réalise à l'Opéra National de Bordeaux, la comédie-opéra Bianca Castafiore : Le Récital, qu'il reprend en 2001. Il donne sa première Madame Butterfly à Marseille en 2002, puis une seconde à l’Opéra National de Bordeaux l’année suivante, puis une troisième à Toulon en 2004, une quatrième à Metz en 2005, et de nouveau à Marseille en 2007. Les Opéras de Toulon et de Metz le réinvitent en 2007 et 2009, respectivement pour une nouvelle mise en scène de Orphée et Eurydice et Don Giovanni. Retour à Bordeaux en 2011, à Toulon en 2012 et à Marseille en 2016 pour une nouvelle Madame Butterfly. L’Opéra de Nice lui confie l’ouverture de sa saison 2016 avec une nouvelle Flûte enchantée, production reprise à Marseille en 2019.

Numa Sadoul est également un homme de lettres. Il a publié depuis 1970, plus de trente-cinq d'ouvrages : romans, poésies, théâtre, essais, entretiens avec les maîtres de la bande dessinée (Hergé, Franquin, Mœbius, Tardi, Uderzo, Gotlib...), et quatre albums de BD avec la dessinatrice F. Renoncé, adaptant L'Anneau du Niebelung d'après Wagner (Médaille d'or de la ville de Nice et Grand prix de la ville de Paris en 1982).